Le Musée du Bon Pasteur
Le Musée du Bon Pasteur

Le Musée du Bon Pasteur à Angers , Musée du Bon Pasteur©

  • Partager :

5 bonnes raisons de visiter le musée du Bon Pasteur

Au cœur d’Angers, la maison-mère de la congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur abrite un somptueux musée.

1# Pour la nouveauté

Le musée du Bon Pasteur prend place au sein de l’ancienne manufacture de toiles imprimées de Tournemine datant du XVIIIe siècle. Entre le parc Balzac et le quartier de la Doutre, c’est ici que les sœurs de la congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur se sont installées en 1829. Dans une architecture soigneusement rénovée, cet édifice remarquable dévoile un parcours muséographique international et vivant, ouvert au public depuis 2015.

2# Pour l’histoire

Plutôt méconnue du grand public, l’histoire de la congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur y est contée de belles manières. Un hommage sans faille à Sainte-Marie-Euphrasie Pelletier qui s’installe ici en 1829 pour accueillir et accompagner les femmes en difficulté. Quelques années plus tard, Angers devient un généralat regroupant l’ensemble des maisons sous un gouvernement central. À sa mort, en 1868, Marie-Euphrasie Pelletier est à la tête de 110 maisons dans le monde entier. « C’était une femme de caractère et de conviction, raconte Sarah Elbisser, responsable du musée. À l’époque, on disait d’elle qu’elle était le seul homme d’Angers ! »

3# Pour la scénographie

Sur 3 étages et 600 m², le musée du Bon Pasteur propose une scénographique soignée, dynamique et moderne. Des documents, des objets d’époque, des reconstitutions de scènes de vie des religieuses (chambre, réfectoire…) plongent le visiteur dans une ambiance réaliste. Des audioguides diffusant des témoignages de sœurs appuient les mises en scène. De l’histoire de la congrégation à la vie quotidienne des religieuses du XIXe au XXe siècle, en passant par leurs missions auprès des femmes en France et dans le monde, on mesure au fur et à mesure de la visite l’envergure du Bon Pasteur, aujourd’hui reconnu ONG par l’ONU.

4# Pour le voyage

« Ce musée d’histoire et de vie n’est pas uniquement réservé aux croyants ou pratiquants, précise Sarah Elbisser. Les sœurs ont voulu en faire un lieu ouvert sur le monde, un lieu de partage ». La Maison-mère accueille d’ailleurs une communauté internationale depuis 1991. Elle est aujourd’hui composée de douze sœurs provenant des quatre coins du monde (Argentine, Corée du Sud, Irlande, Liban, Pérou…). Pas étonnant que la totalité des contenus du musée soient présentés dans les trois langues officielles de la congrégation : français, anglais et espagnol.

5# Pour son accueil pour tous

Le parcours se poursuit dans son vaste parc arboré, lieu de plénitude au cœur de la ville. Dans cet espace préservé, l’hostellerie et son restaurant accueillent chaque année des centaines de touristes qui se posent dans ces lieux gorgés d’histoire et propices à la sérénité. « C’est un bon point de départ ou encore une belle étape pour visiter l’Anjou et la Vallée de la Loire », conclut Sarah Elbisser.

 

En partenariat avec Dimanche Ouest-France Maine-et-Loire

Infos pratiques

MUSÉE DU BON PASTEUR
18 rue Marie-Euphrasie Pelletier
49100 ANGERS