émotion insolite

L'art de vivre en troglodyte

Rou-Marson , JA. Somville©

Partager

L’art de vivre en troglodyte

Habiter une maison troglodytique est un art de vivre qui perdure en Anjou depuis le Moyen Age. Découvrez ce mode de vie singulier.

Les « troglos » d’Anjou : un univers étonnant !

L’extraction du tuffeau, qui servait à la construction des châteaux, églises et abbayes ainsi que des demeures, a laissé dans la plaine et le coteau saumurois des milliers de kilomètres de souterrains. Les hommes ont su très vite tirer profit de ces excavations, de la tendresse du noble calcaire et du falun, plus coquillier, pour aménager habitations et caves troglodytiques.
 

Les habitants de toutes conditions résident alors dans les espaces creusés au cœur de la roche. Dans le tuffeau, cette pierre blanche et lumineuse, les artisans ciselaient d’élégantes demeures seigneuriales, telle la Grande-Vignolle à Turquant, fleuron des logis troglodytiques. 

Un art de vivre hérité de l’histoire

Si l’habitat troglodytique permettait de s’abriter et de se défendre contre les assaillants, comme l’illustre le château de Brézé, il offre de nombreux autres avantages. Isotherme, sûr et sécurisant, il ne coûtait presque rien et s’agrandissait en même temps que la famille.
 

A la fin du XVIIIe siècle, près de la moitié de la population du sud-saumurois vivait sous terre ! Abandonné à partir du XIXe siècle, l’habitat troglodytique connaît depuis les années 1980 une véritable réhabilitation.

La vie de troglodytes, un mode de vie à part entière

Les troglodytes, habitants des « troglos » apprécient un art de vivre proche de la nature, une certaine liberté pour l’aménagement des espaces, un esprit d’originalité indéniable.
 

Le silence, les jeux d’ombres et de lumières sur la roche, les courbes façonnées dans la pierre font des maisons troglodytiques un habitat singulier, hors du temps. Un véritable cocon douillet !